Master Systèmes d'Information et de Connaissance
Retour Accueil SICIAE
 
   
   
   
   

 

1. Gaëlle Laudrin

Assistance à la maîtrise d'ouvrage- Natexis Banque Populaire

« Le Master SIC m'a permis de changer de carrière, de me réorienter professionnellement.

Documentaliste d'entreprise depuis 5 ans, j'étais lassée de ce métier. Utilisatrice de SI par ma profession, je souhaitais m'y orienter et m'investir dans ce domaine qui me plaisait.

Grâce au Master SIC me voici AMOA dans une grande banque. J'ai d'abord commencé par un stage puis j'ai très vite trouvé un emploi.

Le Master m'a tout appris sur le métier de MOA. Je n'avais aucune connaissance sur les SI même les termes de MOA et MOE m'étaient méconnus !

Aujourd'hui je n'ai pas encore l'occasion d'utiliser tous les enseignements reçus mais je monte petit à petit en compétences. L'objectif étant de devenir ultérieurement chef de projet et le Master y prépare bien.

Le rythme d’enseignement est soutenu ; il demande un réel investissement personnel. C'est aussi ce qui m'a permis d'apprendre tout ce que je ne savais pas sur les SI. Outre l’enseignement théorique le Master permet d'échanger sur les expériences de chacun et d'apprendre des autres. Par exemple nous avons abordé les problèmes de management rencontrés par certains dans leur cadre professionnel.

Un autre point positif du Master SIC sont les méthodes qu'il enseigne. Toutes les méthodes que nous avons étudié es sont ajustables aux propres besoins professionnels de chacun   elles ne sont pas figées.

C'est grâce au Master SIC que j'ai pu changer de carrière et m'orienter vers un domaine qui m'attirait et pour lequel s'ouvre à moi des perspectives professionnelles.  »

 

2. Geneviève Raobinarison

Chef de projet - Electrolux Motoculture France (Groupe Electrolux - Suède)

« En ce qui me concerne, la formation était vraiment de "qualité", mais il faut ensuite arriver à la mettre en pratique rapidement.

Le DESS m'a donné l'occasion d'accomplir un vrai bond intellectuel, à ma mesure certes modeste par rapport à la culture générale des profs qui sont finalement des profs "multidisciplinaires"... mais très accessibles : ils ont une qualité humaine remarquable et font tout pour respecter et valoriser la personnalité de chacun d'entre nous. Le DESS m'a donné plus de confiance en moi et apporté une maturité tant professionnellement qu'humainement parlant : la préparation des exposés, le fait de donner son avis, la capacité d'accepter, prendre en compte et dépasser les critiques de certains profs... et puis, au fond, nous avons beaucoup rigolé ! C'est vrai que, même au travail, les gens ont constaté beaucoup de changement en ce qui me concerne : j'hésite moins à aller vers les autres, ma façon de raisonner a sans doute changé aussi, j'analyse plus qu'avant par rapport à une situation donnée. Bref, beaucoup de bons souvenirs et une grande expérience humaine. »

3. Franck Virlogeux

Responsable Systèmes d'Information / Chef de projet

« Pour un professionnel en activité, le système des cours en journées bloquées a l'avantage de permettre de s'organiser, de se déconnecter de l'activité et d'être plus disponible et concentré sur la formation par rapport à un système du type cours du soir. Le processus d'acquisition de la formation et de son contenu, semble également plus rapide, car je crois que l'étudiant se sent plus impliqué du fait d'être réellement immergé pendant ces quatre jours. D'autre part, le travail « à domicile » maintient le lien entre deux sessions.

Pour l'employeur, le système est également plus visible : absence de l'employé, obligation d'en tenir compte dans les plannings de réunions, et donc plus d'impact sur la gestion de carrière de l'employé car il rappelle régulièrement à l'employeur que l'employé est en phase de progression.

En ce qui concerne les contenus, ce type de formation, à travers ses enseignements, permet au professionnel de terrain d'origine

technologique (maîtrise d'ouvre) de prendre de la hauteur vis-à-vis de l'entreprise et en conséquence de s'orienter plus vers des fonctions de maîtrise d'ouvrage (ou assistance) ou encore de conseil. ».

4. François Meekel

Consultant en systèmes de publication

« Je conserve un excellent souvenir du DESS SIC 2002. L'organisation en 4 journées bloquées par mois offre une réelle capacité de concentration et de vie de groupe, marquée en particulier par les exposés préparés et présentés en petits groupes. La charge de travail entre les sessions est importante : préparation des exposés, lectures proposées, révision des cours, etc. et demande donc un fort et réel investissement, mais c'est assez commun à ce type de formation.

Les enseignements proposés dans ce DESS sont dans l'ensemble de très bon niveau, riches et diversifiés. Si on devait en une phrase en résumer la philosophie (constituant en quelque sorte l'axe commun à tous les enseignements), il me semble que l'objectif visé serait avant tout de fournir aux étudiants des outils et des méthodes leur permettant de pratiquer l'abstraction et de concevoir, exploiter et manipuler des modèles, et donc sur cette base de progresser dans l'appréhension, la représentation et la maîtrise d'un réel défini essentiellement par sa dynamique et sa complexité. C'est dire que, même s'il y a des cours plus techniques que d'autres (par exemple le développement objets, les réseaux), il ne s'agit pas d'une formation technique, ni s'adressant uniquement à des techniciens de l'informatique (ce que je ne suis pas), mais plus d'une formation à forte ambition conceptuelle.

Mon sentiment est que cette formation m'a donné des outils intellectuels pour m'approcher de terrains de savoir dont pour certains j'ignorais tout, dont pour d'autres je connaissais l'existence, mais dont en tout état de cause je me sentais, sinon étranger, du moins incapable de les considérer que du plus loin, dans la mesure où je ne possédais aucune des clefs pour y accéder... Je veux parler principalement de notions telles que la systémique, la cognition, la modélisation, la complexité. J'ai l'impression que sur ces points le DESS m'a permis d'acquérir une grille de lecture de ces notions, certes encore superficielle, mais que, jusqu'à un certain point de compétence, il m'est donné d'approfondir.  

Donc, pour moi, la perception du DESS est avant tout sans doute celle d'un bond en avant intellectuel, certes modeste en fonction du point de départ. Au-delà des savoirs, il y a l'émergence et le renfort en soi d'une structure d'appréhension du réel dans sa complexité. C'est quelque chose qui s'est inscrit en nous et qui fait son chemin.

A la question relative au changement sur le plan professionnel, il n'est pas toujours très facile de répondre. En ce me qui concerne, j'ai l'impression que, grâce à cette formation, je dispose d'un certain nombre de ressources mobilisables selon les circonstances, ou selon les orientations des travaux que je suis conduit à mener (par exemple exploitation d'outils de modélisation des processus comme MEGA) ; certaines de ces ressources sont pour le moment en friche et inexploitées, (et peut-être le resteront toujours parce que trop complexes et ardues à aborder sans une pratique assidue), mais d'autres resteront, si je fais l'effort de les réactiver de retourner aux sources (c'est-à-dire aux cours, à la "littérature" relative aux matières étudiées), en mesure de répondre à mes besoins selon les circonstances. Le DESS m'a aussi apporté une vision beaucoup plus précise des métiers de l'informatique que celle que j'en avais, en particulier sur le positionnement et l'interrelation entre la maîtrise d'oeuvre et maîtrise d'ouvrage. 

En conclusion, je dirais que ce DESS constitue de mon point de vue une belle et forte aventure intellectuelle, et je ne peux que le recommander à qui aime les défis un peu nourris. »

5. Rachel Goby

Chef de projet  Banque-Assurance, Prestation de Service

« Dans le DESS SIC, chacun peut trouver des conseils, des avis, des informations sur le métier qu' il pratique ou qu'il serait amené à pratiquer ; c'est pour les débutants une bonne base théorique pour entrer ensuite en entreprise, pour les confirmés une boîte à outils bien pratique pour y dénicher des idées, des méthodes, des avis et avoir des repères.

Ce que m'a apporté le DESS :

- être entouré par des enseignants "professionnels " qui ont un retour d'expérience pour la plupart entre la théorie et la pratique de ce qu'ils enseignent ;
- connaître le monde du travail à travers la rencontre des autres étudiants venant d'autres horizons que celui que l'on a l'habitude de côtoyer : les échanges , les retours d'expériences constituent aussi un attrait de la formation ;
- partager avec les autres étudiants des informations, par le biais des échanges et des travaux pratiques (fiche de lecture, exposés, soirées, déjeuners, etc.) ;
- enrichir mon vocabulaire ...
- acquérir une aisance (toute relative ) en communication de groupe , via le relationnel instauré pendant les cours, par le biais des exposés ;
- avoir envie d'apprendre et apprendre encore : pour ma part, par exemple les fiches de lectures à réaliser, les livres à lire et les exposés m'ont permis de découvrir un univers que je ne connaissais pas : la dynamique des systèmes, l'urbanisme des SI, les réseaux ; de parfaire mes connaissances en méthodologie (cours Ingéniérie des besoins, Stratégie en organisation et SIC), en livrables (cours Ingénierie et développement des SIC) ;
- avoir une vision beaucoup plus sémantique ;
- voir que pour un sujet il peut y avoir d'autres points de vue que ceux acquis !
- rencontrer et découvrir des personnes assez exceptionnelles : Pierre Marchand, Colette Rolland , Christophe Longépé, etc.

Personnellement et professionnellement j'en suis ressortie grandie intellectuellement ! Les neurones ont tellement chauffé !

Après bientôt deux ans, il y a des thèmes qui font tilt dans ma vie professionnelle : la méthode MEGA ! (Yves Tabourier), les livrables (merci M. Benci !)... les approches de Colette Rolland, l'urbanisation (Marc Desreumaux et les autres intervenants du cours de Isabelle Contini !), les workflows, la qualité (surtout les couleurs de Yves Chaumette ), les aspects réseaux !

Mais ces thèmes se retrouvent aussi dans la vie personnelle : la communication, les approches, la sémantique, la qualité, le réseau et les formes de communication ! »

6. Yvan Oriano

« C'est avec un réel enthousiasme que j'ai participé en 1999-2000 au DESS Systèmes d'information et Communication à l'IAE.

D'abord la systémique, que j'ai découverte, apporte non seulement un noyau cohérent à l'ensemble des disciplines enseignées mais un enrichissement personnel et culturel important. On aborde par exemple le thème de « la communication » aussi bien sous l'angle de la connaissance du monde des réseaux (architecture, modèle OSI, etc.) que sous ceux de la psychologie, sociologie, etc., avec des auteurs passionnants comme Bateson ou Watzlawick.

Ensuite une palette d'angles de vue qui s'adapte au fil des ans (organisation, communication, management, gestion de la connaissance.).

Et puis la chance de côtoyer des personnes de grande valeur comme Yves Tabourier (un des pionniers de la méthode MERISE) ou Colette Rolland, directrice du DESS, qui apporte une densité et une exigence à des cours de très grande qualité. Tout en dressant un panorama de l'évolution des SI jusque dans ses domaines d'investigations les plus récents, au cour desquels elle participe en tant que chercheuse de grande renommée, Colette sait nous faire participer en nous poussant toujours au niveau « META » à dépasser nos limites et nos paresses intellectuelles.

J'ai enfin apprécié le mode d'organisation induisant la convivialité et la participation avec les exposés et les travaux de groupe auxquels personnellement je n'avais pas eu droit lors de mes études précédentes ».

7. Didier Collas

« Le DESS SIC de l'IAE joue très certainement un rôle de levier accélérateur de l'évolution professionnelle de tout un chacun. Quels que soient les objectifs personnels des participants, ce que je peux affirmer, c'est que ce DESS magistralement dirigé par Colette Rolland permet véritablement de se remettre en question par la prise de recul et de hauteur nécessaire pour aborder de façon transverse et plus subtile à tout ce qui touche de près ou de loin aux systèmes d'information, à l'organisation, à l'urbanisme, à la cognition, etc. La qualité et la contribution remarquables des enseignants ainsi que la diversité des approches employées sont intrinsèquement liées à un résultat bénéfique dont les effets perdurent encore aujourd'hui... »

8. Laurence Morandi

« Après une vingtaine d'années consacrées au développement, puis à la conduite de projet en informatique de gestion j'avais besoin de mettre à jour mes connaissances et surtout de prendre du recul par rapport à mon quotidien, très opérationnel.

L'aventure intellectuelle de cette année passée à l'IAE a comblé toutes mes attentes et même plus !

J'ai apprécié le rythme des enseignements, soutenu mais tout à fait adapté à une activité professionnelle, même intense. Le système des journées bloquées pour les cours (quatre journées par mois dont un samedi) permet d'organiser son agenda professionnel à l'avance. Il suffit ensuite de négocier avec sa famille les plages de temps personnel que l'on va consacrer à l'atteinte de son objectif de progression.

J'ai également été séduite par le programme du DESS SIC, revu chaque année en fonction des évolutions de la profession et qui mixte les fondamentaux, et les nouveautés introduites par les enseignants chercheurs. Ce programme, bien construit et équilibré permet à tous les étudiants d'ouvrir très largement son horizon quelque soit son origine. Dès le premier mois de cours, j'utilisais mes nouveaux acquis dans mon entreprise.

Mais le plus enrichissant au cours de cette année ont été les échanges, avec les étudiants et avec les enseignants qui savent rester disponibles et qui m'ont fait entrevoir le monde passionnant de la rechercher universitaire ; ils m'ont également donné des pistes de lecture qui vont m'occuper pour longtemps !

Enfin, ce qui peut sembler une épreuve, le mémoire de fin de DESS m'est apparu comme une chance : c'est l'opportunité, une fois dans sa vie de réfléchir sérieusement à une problématique professionnelle, aidée par un enseignant chercheur et de produire un travail de fond.

Dans mon cas, le mémoire est devenu le moyen de donner une nouvelle orientation à ma vie professionnelle. c'est ce que je souhaite à tous les étudiants du DESS SIC. »

 

 
Master SIC (SYSTEMES D'INFORMATION ET DE CONNAISSANCE)
IAE - Institut d'Administration des Entreprises de Paris

Formation Continue - 21 rue Broca - 75005 PARIS - Tél: 01 53 55 27 43
Nathalie Jeanvoine - jeanvoine.iae@univ-paris1.fr